Y/Project · SS18 – volupté déstructurée

Ce mercredi 21 juin, premier jour de la Fashion Week parisienne, la marque Y/PROJECT  résentait sa collection Printemps-Été 2018. Son créateur, Glenn Martens, sculpte depuis maintenant 4 ans un style à la fois polyvalent, minutieux et désinvolte, faisant de sa griffe l’une des plus en vue du moment.

Paris. 21 juin. 15h30. C’est dans un ancien poste de transformation électrique, La Générale, que Glenn Martens, directeur artistique de Y/Project depuis 2013, a choisi de nous dévoiler sa version de l’homme Printemps-Été 2018. Le bâtiment qui se cache derrière sa façade de type Eiffel, brut, bétonné, habillé par endroit de paravents noirs, nous plonge dès les premiers instants dans une ambiance très urbaine, industrielle, limite subreptice.

Les 31 silhouettes de cette collection SS18 se sont succédées sur des rythmes très hétéroclites. Les looks se veulent décontractés. Sur les 27 mannequins, 11 ont été repérés dans la rue. Aux pieds, baskets et tongs sont de mises. Survêtements, joggings baggys. La palette de couleurs tend vers des teintes nude, terreuses : beige, sable, vieux rose, gris, associées à du noir, du blanc ou encore du bleu clair. Les manches bouffantes des chemises ou des pulls s’associent à des pantalons ceinturés plus classiques. De l’oversize dans les hauts ou les bas par ci, des pièces très conceptuelles par là, costumes déstructurés. C’est encore une fois une alliance parfaite, que nous propose le créateur belge, entre mode exigeante et subcultures underground.