fbpx
Rafraîchissante par ses couleurs, où trône le bleu en majesté, l’écrin chaleureux qu’est l’Hôtel de Caumont à Aix-en-Provence se voit prêter jusqu’au 10 octobre une sélection d’œuvres signées Zao Wou-Ki. Artiste peintre d’origine chinoise, puis naturalisé français, il compte un répertoire assez vaste tant par ses techniques que par les émotions appliquées, pouvant travailler encre noire, aquarelle, gravure et peinture, c’est par cette dernière qu’il est remarqué dès ses 14 ans, à l’école d’Hangzhou par ses professeurs. L’exposition qui lui est accordée durant toute la période estivale est un véritable panorama, à la fois synthétique et efficace, de l’ensemble de son œuvre. Un parcours saisissant où « Il ne fait jamais nuit », puisqu’il s’agit d’un maître en l’art de la lumière. Promenade au pays où l’espace est silence.
Il ne fait jamais nuit – Diptyque, 2005, Huile sur toile, 195 x 260 cm, Collection particulière © Adagp, Paris, 2021, photo_droits réservés

On compte ici 80 œuvres de 1935 à 2009, sélectionnées et disposées selon leur temporalité et leur technique, variant de l’huile sur toile, aux aquarelles et à l’encre de Chine. L’ensemble repose néanmoins sur un enjeu commun, propre au processus créatif de Zao Wou-Ki : inventer de nouveaux espaces picturaux construits à partir du travail sur la couleur et de la représentation de la lumière. Le parcours début ainsi, comme naturellement, sur cette thématique déjà très enclin de sa jeunesse jusqu’à son dernier diptyque. Comme pour l’artiste, nous suivons sont parcours imprégnés de ses regards sur l’Europe : ses carnets de voyage sont à l’image de ceux des élites ayant fréquenté les milieux intellectuels et artistiques actifs du XVIIIe et XIXe siècles, dans le cadre des « Grands tours » de l’Europe, Zao Wou-Ki fait le sien dans les années 1950. 

Atelier Zao Wou-Ki Aix Expo
Zao Wou-Ki dans son atelier de campagne vers 2000 devant 11.08.99 Eclipse et le grand triptyque Hommage a mon ami Henri Michaux termine en mars 2000 photo Guillaume de Laubier

Une certaine idée du monde

Peinture Expo Aix
Feuille du carnet peint à Saint-Jeoire-en-Faucigny, juillet-août 1950, Aquarelle sur papier, 23,5 x 31,3 cm, Collection particulière, ©Adagp, Paris, 2021, photo Naomi Wenger

Une vision alternative reflète dans ses dessins lorsqu’il s’installe à Paris. Du symbolisme façon Paul Klee il en découle une abstraction des plus totales. L’artiste se déleste d’un poids, celui du motif et des songes qu’il devait peindre autrement, cette prise de liberté traduite par le geste technique gardé intact, devient d’une manière sa marque de fabrique. Des signes transformés en masses colorées, contrastes forts entre lumière et obscurité, construisent ses œuvres d’une sensibilité aussi brute que limpide. Son voyage à New York en 1957 le fait entrer dans un courant de libre expression, où les années 60 seront pour lui une période d’intense création. Cette période marque une redéfinition du mouvement, des couleurs et des contrastes, joignant ainsi la gestuelle de l’école américaine et la liberté du pinceau chinois.

Culturespaces _ Eric Spiller (C) Adagp, Paris, 2021

Un sentiment d’apaisement… 

et de légèreté s’empare de nous lorsque nous traversons ce voyage. Le parcours trouve une pertinence immense dans la mesure où le sentiment d’accompagner Zao Wou-Ki, à différentes étapes de sa vie, se veut présent. L’âge avance, et son coup de crayon aussi. La colère, les récits, ce qui était alors contenu jusqu’à là se relâche dans une fureur que des mots ne peuvent témoigner. Les années 1970 marquent une absence, celle de l’épouse emportée par la maladie. L’artiste amènera plus tard ces œuvres « extrêmes » dans un retour au calme et à la sagesse, même si la mort, triomphante durant ces années, a été traitée dans une splendeur ensorcelante. Convulsive, enragée et pourtant pleine de délice, nous laissant devant l’œuvre accomplie dans une stupéfaction des plus totales.

Exposition Aix-en-Provence
06.10.71, 1971, Huile sur toile, 195 x 130 cm,Collection Musée Bertrand de la ville de Châteauroux © Adagp, Paris, 2021, photo_ Collection Musée Bertrand de la ville de Châteauroux
ZAO WOU-KI
18- 01.10.73, 1973, Huile sur toile, 260 x 200 cm, Collection particulière, © Adagp, Paris, 2021, photo_Courtesy Christie’s

Passe la nuit vienne le jour

L’artiste retrouve goût au voyage et compose désormais sous de nouveaux soleils. Retour aux sources, en retrouvant sa famille en Chine et découverte de paysages sereins, inspirés des plus beaux fonds marins d’Ibiza et des côtes espagnoles. C’est le retour à la lumière, celle des rayons méditerranéens qui transpercent les vastes abysses. Du bleu azuréen céleste qui se fond dans les vagues jusqu’à l’horizon. Une grande partie de ces œuvres rendent hommage à l’architecte Josep Lluís Sert (Concepteur de la Fondation Maeght à Saint-Paul de Vence et de plusieurs projets en collaboration avec Picasso, Chagall et Miró).

Zao Wou-Ki Aix Expo
Hommage à José Luís. Sert - 14.07.88, 1988, Huile sur toile, 100 x 300 cm, Collection particulière, © Adagp, Paris, 2021, photo_Manuel Alves
L’exposition Zao Wou-Ki “Il ne fait jamais nuit” 
est à découvrir au Centre d’Art de l’Hôtel de Caumont à Aix-en-Provence jusqu’au 10 octobre

caumont-centredart.com

Écrire un commentaire