fbpx

Paris Design Week 18 – Les kiosques-ateliers de Matali Crasset

Le Off de cette 8ème édition de Paris Design Week s’est ouvert le 6 septembre avec un talk de la designer Matali Crasset, venue présenter plusieurs projets, dont un modifiant avec légèreté les rues de la capitale. Cette intervention ayant pour thématique l’ “application des méthodologies innovantes”, nous rencontrons celle qui a conçu les kiosques de demain. Ce sont en effet près de 340 kiosques à Paris qui, d’ici 2019, seront réhabilités dans une vision ” d’atelier”, plus ouverts, espacés et lumineux. L’usager y gagne considérablement en espace, et le réagencement se révèle plus ergonomique. 

Cette présentation fait sens, pour Matali Crasset, dans la mesure où elle aborde un design de rupture. Ayant l’habitude de faire un pas de côté sur la plupart de ses commandes, la créatrice change de méthodologie sur chacun de ses projets. De cette manière, elle peut  s’”immerger dans les contraintes, puis les oublier pour partir sur quelque chose de plus sensible, plus personnelle, vers une direction singulière et ainsi proposer des nouvelles logiques”. La créatrice s’appuie sur les origines de la culture française, empruntées aux codes bourgeois, sophistiqués, statutaires et ne recherchant pas un confort réel : “On a hérité d’un certain nombre de lourdeurs, des complexités sur la matérialisation de ces projets, on a enlevé cette superficialité vers des finalités plus essentielles”. Pour ce kiosque, il s’agit de repenser toute l’interface entre un kiosquier et la vie de quartier, c’est là que la vision d’atelier à toute son importance. “Un atelier, c’est un endroit où on est actif et à proximité. Un atelier dans Paris, c’est une petite unité qui vient se glisser dans les interstices urbains pour faire un travail avant tout à usage local et de proximité.” peut-on lire sur le site de la créatrice. Le projet redéfinit ainsi le rôle même du kiosquier, celui-ci obtient un espace plus lumineux avec l’ouverture totale de la façade, il se nourrit ainsi, tel un artiste, du dynamisme de la rue, mais aussi au premier plan, de ses clients. De nouveaux scénarios et de nouveaux services pour les usagers, comme la mise en place sur 100 kiosques d’un partenariat avec La Poste, permettra ainsi de réduire le nombre des boîtes jaunes sur la voie publique. Eco-conçus avec des matériaux 100% recyclables, ces kiosques sont alimentés en électricité d’origine renouvelable, et étroitement en lien avec la thématique de cette semaine du design : Les préoccupations de pérennité et de durabilité des matériaux.

Car la question est très en vogue, “…dans l’air du temps. Mais primordiale.”, insiste Jean-Baptiste Durand, lauréat du Prix du Jury Rado Star 2018. En sa qualité de marraine de cette Design Week, Matali Crasset assure qu’il existe “plein de façons de travailler sur ces questions, du côté des entreprises et des designers”. C’est d’ailleurs ici que rentre en jeu la coordination entre les différents corps de métiers : “le designer se doit d’avoir un certain nombre de connaissances, et à un moment donné, pouvoir en discuter avec les ingénieurs”. Un dialogue est possible entre ces acteurs, voire nécessaire, car l’avenir de la création repose sur des fondamentaux qui se perdent dans la course consumériste. Pourtant, l’avenir n’est pas sombre, et si nous vivons dans une société où l’empathie n’a jamais été meilleur argument de vente, et où le détachement avec le matériel se révèle être un luxe, “le créateur aujourd’hui n’est pas forcément dans l’idée de matérialiser quelque chose, c’est une question d’idées”. L’objet vient alors renforcer l’esprit de société.

En ce sens, ces kiosques parisiens sont les premiers témoins d’une transition en marche. Comme prédit : les préoccupations se tournent vers un équilibre socio-économique et environnemental, qui engage nos co-existences vers un avenir meilleur. C’est l’une des finalités recherchées par cette semaine du design, mais également celle de Matali Crasset qui multiplie ce type de projets, comme avec « Saule et les hoopies », un parcours d’éveil artistique et musical commandé cet été par le Centre Pompidou, destiné aux enfants, avec un message fort porté sur l’environnement, preuve que le design a aujourd’hui plus que jamais un rôle à jouer au sein de la société.

www.matalicrasset.com
Ecire un commentaire