fbpx

Benedetta : l’Évangile selon Verhoeven

Le dernier film de Paul Verhoeven « Benedetta », sorti en salles le 9 juillet, a été diffusé pour sa première cannoise le même jour. 

Prenant place à Pescia, petit village au cœur de la Toscane inquisitrice du XVIe siècle, la jeune sœur Benedetta (Virginie Efira) se voit procurer les stigmates et des visions christiques, l’amenant à sa propre ascension en tant qu’abbesse telle une véritable golden girl. Sa rencontre avec Bartolomea (Daphné Patakia), paysanne abusée devenue jeune novice au couvent, lui fait découvrir les plaisirs saphiques réprimandés, mais l’excès de zèle de Benedetta, dont les louanges unanimes font d’elle la remplaçante de la révérende-mère (Charlotte Rampling), conduit cette dernière à douter de ses intentions. Lui prêtant un caractère quasi-satanique (mal assumé faute de preuves), elle ira s’en remettre au nonce de Florence (Lambert Wilson) pour éclaircir cette affaire.

Benedetta en compétition au 74e Festival de Cannes

Les Petites Sœurs de l’Ennui 

Une œuvre particulièrement agréable à regarder pour les amateurs de cet espace-temps : Italie de la Renaissance, mœurs controversées, grande inquisition. Elle est une adaptation du roman “Immodest Acts” de Judith C. Brown, tiré de faits réels. L’atmosphère s’apparente d’une certaine manière au chef-d’œuvre qu’est Le Nom de la Rose d’Umberto Eco, publié dans la même décennie (1980) et dont l’adaptation par Jean-Jacques Annaud est un détour incontestable, Benedetta le caresse à peine. L’ensemble du casting porte un jeu remarquable, même si les personnages sont peu attachants et que la relation entre Benedetta et sa mignonne implique que trop peu le spectateur. Tout ceci semble relever du vice et non pas d’un amour sincèrement désiré, point faible relevant certainement du livre original sur lequel le film s’appuie. Des répliques néanmoins pertinentes, car parfumées de dérisions, amusent la salle sans jamais tomber dans le sketch continu : Benedetta n’est pas un film à prendre trop sérieusement. Entre le nanar adaptatif d’un livre et la comédie alternative, une frontière tangible se dresse et nous laisse sur une question ouverte sur les intentions de Verhoeven derrière celle-ci.

Benedetta Cannes
Benedetta

par Paul Verhoeven

En compétition · Sélection officielle de 2021

126 minutes

Avec Virginie Efira, Charlotte Rampling, Daphné Patakia, Lambert Wilson et Olivier Rabourdin

En salle depuis le 9 juillet

Écrire un commentaire