fbpx

Festival de Cannes

Toutes l\\\'actualité du Festival de Cannes

Toutes l’actualité du Festival de Cannes.

  • Aftersun de Charlotte Wells
    Aftersun : Écran total
    |
    Quatrième long-métrage présenté en compétition de la Semaine de la critique, et premier réalisé par Charlotte Wells qui met la barre haute avec cet objet visuel personnel. Dans la tentative d'une reconstruction de soi, Aftersun est une enquête introspective qui conjugue mémoire et fabulation.  « Sophie contemple les moments de joie partagée et la nostalgie intime des vacances qu’elle a passées avec son papa vingt ans plus tôt. Des souvenirs, réels et imaginés, comblent les vides entre les enregistrements avec son miniDV, alors qu’elle tente de concilier le père qu’elle a connu et l’homme qu’elle ignorait. » Cahier de vacances Turquie, dans les...
    Lire
  • Visuel de EO © Skolimowski
    EO : Chronique d’un âne en peine
    |
    Certainement le seul film de la compétition où le rôle principal est joué par un animal, qui plus est un âne, le dernier film de Skolimowski incarne ce porte-drapeau du vivant non-humain, plus généralement d’une nature sublimée en reléguant l’homme au second plan. EO (français de l’onomatopée « Hi-han », sobriquet de notre vedette), nous fait état du récit initiatique de cet âne qui prend son destin entre ses sabots. D’un animal de cirque où il était chéri par sa dompteuse jusqu’aux jardins luxuriants d’une comtesse lombarde (Isabelle Huppert), EO est un témoignage de l’espèce compagne où l’humain n’est plus simple spectateur...
    Lire
  • Photo de Armageddon Time
    Cannes 2022 : Armageddon Time, une histoire Gray
    |
    Le nouveau film de James Gray, présenté en compétition, continue d’explorer l’intime familial sur une trame new-yorkaise autobiographique. En refusant une émotion qu’on lui connaissait, son cinéma prend une épaisseur politique bienvenue. Il semblait y avoir beaucoup de festivaliers déconcertés par la projection hier d’Armageddon Time. Comme si – conformément à ses quatre passages précédents en sélection – Cannes devait rester condamnée à une herméticité cruelle vis-à-vis d’un des cinéastes américains les plus brillants de sa génération. James Gray donne ici un récit d’inspiration autobiographique sur son enfance dans le Queens des années 80, où un petit garçon turbulent (Paul)...
    Lire
  • Bannière Festival de Cannes
    Cannes 2022 : ce vieux rêve qui bouge
    |
    Un an après une édition aussi désertée que son nombre de films était pléthorique, le plus grand festival de cinéma international s’apprête à reprendre ses quartiers le 17 mai. Organisé autour d’une programmation sans grandes surprises, celui-ci semble pourtant marquer le pas après des années qui devaient amorcer des changements. Le dernier Festival de l’ancien monde avant les grands travaux ? L’officielle : rester verticale Une compétition comptant 21 films pour 17 réalisateurs et seulement 5 réalisatrices, aucun premier film et Cannes Première en lot de consolation des gros noms : sans le moindre doute, Thierry Frémaux a fait du Thierry Frémaux,...
    Lire
  • Tapis rouge de Cannes
    Bilan Cannes 2021 : du cœur, des choix et des retrouvailles
    |
    Après le sacre de Titane samedi 17 juillet, l’heure est venue de faire les comptes de cette édition. 35 films vus en 11 jours – soit bien plus d’heures que celles dormies la nuit –, beaucoup de satisfaction et au moins autant de fatigue : c’est le premier bilan, reproductible ad nauseam au fur et à mesure des années de Festival, que l’on peut tirer. Pourtant, le temps semblait suspendu à l’ouverture cette année, comme si chacun attendait de voir si masqués et pass sanitaire en poche les festivaliers seraient présents (et de quelle manière). Ce fut d’abord et comme toujours...
    Lire
  • Palmarès Festival de Cannes
    Titane, Memoria, Annette : Les lauréats du 74e Festival de Cannes
    |
    Une compétition marquée par un nombre important de long-métrages sélectionnés, avec un total de vingt-quatre films, le 74e Festival de Cannes a remis exceptionnellement deux palmes ex-aequo dans le cadre du Prix du Jury et du Grand Prix. Palme d'or Titane réalisé par/directed by Julia DUCOURNAU Grand Prix Ex Æquo Un Héros (A Hero) réalisé par/directed by Asghar FARHADI  Hytti N°6  (Compartment n°6 / Compartiment N°6 réalisé par/directed by Juho KUOSMANEN Prix de la Mise en Scène · Best Director Leos CARAX pour/for Annette Prix du Scénario · Best Screenplay HAMAGUCHI Ryusuke et TAKAMASA Oe pour/for Drive My Car Prix du Jury Ex Æquo · Jury Prize Ex Æquo Ha’Berech (Le Genou d’Ahed / Ahed's knee) réalisé...
    Lire
  • Vicky Krieps dans Serre-moi fort
    Serre-moi fort : Mon Dieu, aide-moi à survivre à cet amour mortel
    |
    Avec ce film crépusculaire présenté dans la sélection Cannes Première, Mathieu Amalric trace son chemin dans un cinéma obsédé par la disparition, aidé par une Vicky Crieps immense. 4 ans depuis Barbara et pourtant, on semble avoir laissé Mathieu Amalric là où en était restée son œuvre : sur des fantômes. Serre-moi fort continue donc dans cette veine, racontant d’abord « ce qui semble être l’histoire d’une femme qui s’en va » ; laquelle femme, Clarisse, s’éclipse du jour au lendemain de la maison familiale pour laisser mari et enfants. Le récit vient ensuite naviguer dans des eaux plus troubles, où Clarisse paraît...
    Lire
  • The French Dispatch Cannes
    The French Dispatch : Le nouveau conte d’Anderson
    |
    Certainement l’une des plus grandes attentes de cette 74e édition du Festival de Cannes, après une année de retard le dernier bijou de Wes Anderson a été présenté dans le cadre de la compétition. Folie sur la croisette qui guettait avec extase l’arrivée d’un casting immense : Bill Murray, Tilda Swinton, Frances McDormand, Lea Seydoux, Timothée Chalamet… jusqu’aux rôles secondaires et pourtant si brillants où l’on retient les performances d’Elisabeth Moss et de Mathieu Amalric. Vous l’aurez compris, c’était une équipe des plus bankable qui foulait le tapis rouge ce soir-là. Un nombre improbable de rôles laissant supposer un scénario...
    Lire
  • Memoria Cannes
    Memoria : Paradis perdu au cœur des Andes
    |
    Le coup de cœur de cette 74e édition du Festival de Cannes : dixième long-métrage d’Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or en 2010 avec Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures, le cinéaste thaïlandais revient en compétition avec Memoria. Tilda Swinton, Jeanne Balibar, Daniel Giménez Cacho, sont les rôles principaux de cette œuvre immense qui a fait l’unanimité lors de cette première cannoise. « #Cannes2021 Il faut arrêter d'inviter Weerasethakul, il ridiculise tous les autres films. #Memoria » décrit justement @Nissikidem en sortant de la projection du Grand Théâtre Lumière. Les mots manquent pour expliquer à quel point Memoria relève considérablement...
    Lire
  • Isabelle Huppert en masterclass au Festival de Cannes 2021
    Masterclass d’Isabelle Huppert : impératrice en son royaume
    |
    Ce 13 juillet, Isabelle Huppert répondait aux questions de Guillemette Odicino et Philippe Rouyer devant un public déjà conquis. Présente en ouverture d’Avignon pour La Ceriseraie (Tiago Rodrigues), ce fut l’occasion pour elle de revenir sur son rapport aux metteurs en scène et son regard sur le théâtre et le cinéma. 28 films (!) en sélection officielle, deux prix d’interprétation féminine (Violette Nozière et La Pianiste), présidente du jury en 2009 : c’est peu dire que Isabelle Huppert « a tenu tous les rôles à Cannes, sauf le mien qu’elle ferait pourtant à merveille » comme annonce Thierry Frémaux en ce début de...
    Lire