fbpx

Résultat de recherche pour :"AMI"

  • AMI · FW 20/21
    |
    AMI présente pour sa collection automne - hiver 2020 / 2021 une rencontre inattendu entre le duo chapeau melon et bottes de cuir, un certain monsieur Hulo de Tati et un cabaret 80's déjanté ;  présenté dans la salle de théâtre mythique Trianon de l'Elysée Montmartre. Pour les neufs ans de la maison, Alexandre Mattiussi signe un vestiaire toujours complet où manteaux à carreaux rencontrent des chemises baroques, écharpes rayées et pulls à losanges, se drapent de cabans et redingotes rouge ou cobalt pastelé. Non sans jalousie, l'homme empreinte le plissé des jupes féminines typique des années 60 pour le greffer...
    Lire
  • AMI · SS20
    |
    AMI défile pour la première fois sous la nef du Grand Palais, une première qui ouvre aussi un renouveau pour la marque puisque cette présentation printemps-été 2020 offre une collection féminine à part entière. Robe du soir, bonsoir ; légèreté et élégance, bonjour ; coupe française taillée en biais comme Pierre Cardin pouvait le présenter en 1960, ouverture du corps certes mais aussi de l’esprit. Des grelots agrémentent l’intégralité de cette collection du masculin au féminin. Une nouvelle ligne directrice ? L’homme parisien adopte pour sa part un univers tailoring rappelant les débuts de Kris Va Asshe (notamment les coupes...
    Lire
  • AMI · FW19/20
    |
    Dans un décor intimiste, tamisé entre de lourds rideaux entre les rangés. Ami par Alexandre Mattuisi, nous délivre un « hommage à la bourgeoisie », pour les héritiers de Deneuve et Belmondo pour sa collection FW 19. Rythmée aux airs de Flavien Berger , « Léviathan », cette collection a l’accent parisien, que l’on souhaite aimer et chérir. | Photos par Gaël Savary |   z  
    Lire
  • Ami · FW18
    |
    Alexandre Mattiussi  a présenté ce jeudi 18 janvier sa collection Automne-Hiver 2018 à Paris. Pour les 7 ans de la marque, les AMIs nous ont donné rendez-vous dans l’une des salles du palais omnisports de Bercy, où une très fidèle reconstitution des toits de Paris a été réalisée. C’est sous « November » de Max Richter qu’un garçon sort furtivement de la lucarne. Il guette à l’horizon si sa belle amie peut le rejoindre sans danger, il l’aide à sortir puis se regardent, le défilé peut commencer. La lumière de la nuit nous dévoile des matières sophistiquées et des couleurs amoureuses, créant...
    Lire
  • Jack Holmes et son ami
    |
    Grand maître de la littérature américaine contemporaine, EDMUND WHITE auteur de Jack Holmes et son ami (roman publié aux éditions 10/18 en 2013), peint minutieusement à travers celui-ci, la construction identitaire sexuelle d’un jeune américain des années 60.   Le roman prend pour point de départ la ville d’Ann Arbor, dans le Midwest, où Jack, jeune étudiant à l’Université du Michigan en histoire de l’art chinois, décide d’emménager à New York avec six cent dollars en poche. Il parvient à décrocher un job à la Northern Review et découvre alors dans une atmosphère imprégnée de fumée de cigarette et imbibée d’alcool le monde du travail. Par l’intermédiaire de...
    Lire
  • Mâche, la bistronomie autrement
    |
    C’est au cœur du 10ème arrondissement de Paris, et plus précisément au 61 rue de Chabrol, que Vincent Geraud, Michaël Gamet et Mathias Fouré ont installé leur restaurant Mâche au mois de septembre dernier. Un titre original, pour une cuisine digne de ce nom. À travers des mets raffinés et gourmands comme on l’apprécie, ce lieu casse subtilement les codes de la bistronomie classique, pour nous offrir une expérience conçue comme un appel au voyage, à l’évasion, et à l’exotisme. Dans un quartier effervescent tout proche du Boulevard Poissonnière, se niche un restaurant tout à la fois discret et surprenant,...
    Lire
  • Triangle of Sadness Palme d'Or
    Palme d’Or 2022 : La croisière s’amuse chez Ruben Östlund avec « Triangle of Sadness »
    |
    Après onze jours de compétition entre les films sélectionnés pour ce 75e Festival de Cannes, le Jury présidé par Vincent Lindon a décerné ce samedi 28 mai la récompense suprême. C’est le réalisateur suédois Ruben Östlund qui s’est vu recevoir la Palme d’Or pour « Triangle of Sadness » (Sans filtre), il l’avait déjà remporté en 2017 pour « The Square ». Découvrez également le reste du Palmarès.  Cinq ans après sa première victoire en compétition officielle, ainsi qu’un passage remarqué en 2014 avec Snow Therapy (Prix du jury de la section Un certain regard), c’est avec un enthousiasme fort que s’annonçait le retour...
    Lire
  • Photo de La Jauría
    La Jauría : la possibilité d’une île
    |
    Réalisé par le cinéaste colombien Andrés Ramírez Pulido, La Jauría est un beau conte qui cherche à s’éloigner du récit carcéral habituel. Fin de Festival et premiers prix attribués : à l’issue d’une très belle Semaine de la Critique qui aura vu Ava Cahen réussir ses premiers pas avec brio, La Jauría a remporté un Grand Prix mérité. Passé en début de quinzaine, il narre l’histoire d’Eliú, criminel mineur incarcéré dans un centre de détention expérimental où la vie est rythmée entre des thérapies de groupe et des travaux manuels très physiques. Entouré d’autres détenus aux personnalités très marquées, le film...
    Lire
  • Photo de Armageddon Time
    Armageddon Time, une histoire Gray
    |
    Le nouveau film de James Gray, présenté en compétition, continue d’explorer l’intime familial sur une trame new-yorkaise autobiographique. En refusant une émotion qu’on lui connaissait, son cinéma prend une épaisseur politique bienvenue. Il semblait y avoir beaucoup de festivaliers déconcertés par la projection hier d’Armageddon Time. Comme si – conformément à ses quatre passages précédents en sélection – Cannes devait rester condamnée à une herméticité cruelle vis-à-vis d’un des cinéastes américains les plus brillants de sa génération. James Gray donne ici un récit d’inspiration autobiographique sur son enfance dans le Queens des années 80, où un petit garçon turbulent (Paul)...
    Lire
  • French electronic music
    Empty EP : Baptiste Lagrave dévoile sa traversée du désert
    |
    Ce lundi, nous démarrons la semaine avec le premier EP de l’artiste Baptiste Lagrave dont l’un des titres, "Green Jacket" est déjà disponible sur les plateformes.  Ancien étudiant du Conservatoire National de Paris, passé par l’USC à Los Angeles et le studio Motorbass, Baptiste Lagrave présente son premier projet solo baptisé Empty, imaginé comme un voyage introspectif entre résilience et minutie dont les soupçons electronica laisse inspirer un Jon Hopkins en devenir. Il caresse en effet cette attitude suborbital tout en maintenant sa trajectoire dans l’imprégnation des paysages et sentiments qui façonnent sa musique. Démarche exploratoire à mi-chemin entre humilité et...
    Lire