fbpx

Résultat de recherche pour :"AMI"

  • AMI · FW 20/21
    |
    AMI présente pour sa collection automne - hiver 2020 / 2021 une rencontre inattendu entre le duo chapeau melon et bottes de cuir, un certain monsieur Hulo de Tati et un cabaret 80's déjanté ;  présenté dans la salle de théâtre mythique Trianon de l'Elysée Montmartre. Pour les neufs ans de la maison, Alexandre Mattiussi signe un vestiaire toujours complet où manteaux à carreaux rencontrent des chemises baroques, écharpes rayées et pulls à losanges, se drapent de cabans et redingotes rouge ou cobalt pastelé. Non sans jalousie, l'homme empreinte le plissé des jupes féminines typique des années 60 pour le greffer...
    Lire
  • AMI · SS20
    |
    AMI défile pour la première fois sous la nef du Grand Palais, une première qui ouvre aussi un renouveau pour la marque puisque cette présentation printemps-été 2020 offre une collection féminine à part entière. Robe du soir, bonsoir ; légèreté et élégance, bonjour ; coupe française taillée en biais comme Pierre Cardin pouvait le présenter en 1960, ouverture du corps certes mais aussi de l’esprit. Des grelots agrémentent l’intégralité de cette collection du masculin au féminin. Une nouvelle ligne directrice ? L’homme parisien adopte pour sa part un univers tailoring rappelant les débuts de Kris Va Asshe (notamment les coupes...
    Lire
  • AMI · FW19/20
    |
    Dans un décor intimiste, tamisé entre de lourds rideaux entre les rangés. Ami par Alexandre Mattuisi, nous délivre un « hommage à la bourgeoisie », pour les héritiers de Deneuve et Belmondo pour sa collection FW 19. Rythmée aux airs de Flavien Berger , « Léviathan », cette collection a l’accent parisien, que l’on souhaite aimer et chérir. | Photos par Gaël Savary |   z  
    Lire
  • Ami · FW18
    |
    Alexandre Mattiussi  a présenté ce jeudi 18 janvier sa collection Automne-Hiver 2018 à Paris. Pour les 7 ans de la marque, les AMIs nous ont donné rendez-vous dans l’une des salles du palais omnisports de Bercy, où une très fidèle reconstitution des toits de Paris a été réalisée. C’est sous « November » de Max Richter qu’un garçon sort furtivement de la lucarne. Il guette à l’horizon si sa belle amie peut le rejoindre sans danger, il l’aide à sortir puis se regardent, le défilé peut commencer. La lumière de la nuit nous dévoile des matières sophistiquées et des couleurs amoureuses, créant...
    Lire
  • Jack Holmes et son ami
    |
    Grand maître de la littérature américaine contemporaine, EDMUND WHITE auteur de Jack Holmes et son ami (roman publié aux éditions 10/18 en 2013), peint minutieusement à travers celui-ci, la construction identitaire sexuelle d’un jeune américain des années 60.   Le roman prend pour point de départ la ville d’Ann Arbor, dans le Midwest, où Jack, jeune étudiant à l’Université du Michigan en histoire de l’art chinois, décide d’emménager à New York avec six cent dollars en poche. Il parvient à décrocher un job à la Northern Review et découvre alors dans une atmosphère imprégnée de fumée de cigarette et imbibée d’alcool le monde du travail. Par l’intermédiaire de...
    Lire
  • NELLU, LA CAVE À MANGER BISTRONOMIQUE DE CLÉMENT VERGEAT
    |
    Deux ans après Tamara, Clément Vergeat a ouvert son deuxième restaurant Nellu situé à deux pas de l’Hôtel de Ville et deux encablures de l’île Saint-Louis. Ancien sous-chef du restaurant Tamara que nous avions découvert en 2020, c’est Olivier Garcia qui prend les commandes en cuisine. À travers une carte courte et créative à la fois, l’ex-candidat de Top Chef a relevé le défi de concevoir une cave à vin minimaliste, complexe et élégante dans un quartier historique de la capitale. Nellu est incontestablement le lieu idéal qui réconfortera vos repas d’hiver. Alors que nous avons été chaleureusement accueillis par...
    Lire
  • Festival Lumière : notre sélection
    |
    Alors que la 14ème édition du festival Lumière s’achève en beauté, le moment est venu de partager nos plus belles découvertes parmi les films projetés. Voici donc notre sélection de trois œuvres précieuses et uniques, incarnant chacune un pan de l’histoire du cinéma. La petite, Louis Malle, 1978. Véritable coup de cœur de cette édition, La Petite est un film dur et violent, devant lequel on se surprend pourtant à sourire sincèrement. Nouvelles Orléans, 1917 : Violet, âgée de 12 ans, vit avec sa mère dans une maison close du Quartier Rouge. Alors qu’elle se prépare à suivre la même...
    Lire
  • Blonde, ou la dissection du mythe hollywoodien
    |
    Certainement l’un des films les plus attendus de l’année, Blonde est finalement sorti le 28 septembre sur la plateforme Netflix, suscitant d’ores et déjà des réactions enflammées – dans le bon comme dans le mauvais sens. Il faut dire que le tournage, commencé en 2019, a été grandement perturbé (et limite abandonné) par la crise du covid, mais aussi par de nombreuses controverses sur les scènes sexuelles, largement commentées par les médias. Présenté en sélection officielle à la Mostra de Venise et plusieurs fois nominé, le long-métrage divise cependant toujours la critique. En effet, le réalisateur Andrew Dominik a pu se livrer ici sans...
    Lire
  • Mâche, la bistronomie autrement
    |
    C’est au cœur du 10ème arrondissement de Paris, et plus précisément au 61 rue de Chabrol, que Vincent Geraud, Michaël Gamet et Mathias Fouré ont installé leur restaurant Mâche au mois de septembre dernier. Un titre original, pour une cuisine digne de ce nom. À travers des mets raffinés et gourmands comme on l’apprécie, ce lieu casse subtilement les codes de la bistronomie classique, pour nous offrir une expérience conçue comme un appel au voyage, à l’évasion, et à l’exotisme. Dans un quartier effervescent tout proche du Boulevard Poissonnière, se niche un restaurant tout à la fois discret et surprenant,...
    Lire
  • Triangle of Sadness Palme d'Or
    Palme d’Or 2022 : La croisière s’amuse chez Ruben Östlund avec « Triangle of Sadness »
    |
    Après onze jours de compétition entre les films sélectionnés pour ce 75e Festival de Cannes, le Jury présidé par Vincent Lindon a décerné ce samedi 28 mai la récompense suprême. C’est le réalisateur suédois Ruben Östlund qui s’est vu recevoir la Palme d’Or pour « Triangle of Sadness » (Sans filtre), il l’avait déjà remporté en 2017 pour « The Square ». Découvrez également le reste du Palmarès.  Cinq ans après sa première victoire en compétition officielle, ainsi qu’un passage remarqué en 2014 avec Snow Therapy (Prix du jury de la section Un certain regard), c’est avec un enthousiasme fort que s’annonçait le retour...
    Lire