Featured Video Play Icon
Fall-Winter 17/18 Fashion Week Mode Société

Trump, muse malgré lui

Depuis le 8 novembre 2016, l’Amérique s’agite. À coup de manifestations et de décrets controversés, l’élection du 45e président des États-Unis embrase les foules.

Depuis le 8 novembre 2016, l’Amérique s’agite. À coup de manifestations et de décrets controversés, l’élection du 45e président des États-Unis embrase les foules. Longtemps restés silencieux, les designers profitent de cette première Fashion Week de l’ère Trump pour s’exprimer.

Souvenez-vous, le 8 janvier dernier. Lors de la prestigieuse cérémonie des Golden Globes, Meryl Streep faisait vibrer le monde entier par son discours teinté de politique: « Hollywood est rempli d’étrangers. Si vous mettez tout le monde dehors, vous n’aurez plus rien d’autre à regarder que du football et du free-fight. Ce n’est pas ce que l’on appelle de l’art ». Et c’est bien d’art dont il est question. Que serait la mode américaine si elle n’avait pas bénéficié de l’immigration ? Des origines asiatiques d’Alexander Wang à celles cubaines de Narcisco Rodriguez, les directeurs artistiques s’inspirent d’univers multiples pour mieux nous émouvoir.

À l’heure où la loi anti-immigration se trouve bloquée par la justice, les créateurs, eux, comptent bien se faire entendre. Au travers de leurs défilés FW 17/18, ils libèrent leur créativité comme pour mieux critiquer la nouvelle administration américaine. De Public School et ses casquettes « Make America New York » en passant par Calvin Klein et son hymne à l’héritage culturel américain, nombre de maisons ont présenté des collections engagées.

La résistance est en marche

Crainte et incertitude marquent les débuts brouillons de la présidence Trump. Cette atmosphère aussi instable que déroutante inspire comme elle révulse. Et ce n’est pas David Lachapelle qui dira le contraire. En signant la toute nouvelle campagne  Diesel « Make Love Not Walls », le photographe met le projet du gouvernement américain sous les feux des projecteurs. Pourquoi vouloir construire un mur entre les États-Unis et le Mexique quand le vivre ensemble et l’amour l’emporte sur tout ?

Dans une vidéo colorée, des danseurs s’envoient, chacun à leur tour, des fleurs au-dessus d’un mur. Ils finissent toutefois par le briser afin de se retrouver autour de danses et de baisers langoureux. Qu’importe le sexe, la couleur de peau ou l’identité sexuelle, cette campagne résonne comme un hymne à la tolérance. Le tank gonflable soulevé par un groupe de personnes semble marquer l’entrée en résistance de l’industrie de la mode.

Cette New York Fashion Week aura été sujette à de nombreuses revendications féministes.  La designer Mara Hoffman a invité les quatre fondatrices de la « Women’s March » à ouvrir son show. Dans un manifeste percutant pour le droit des femmes, elles ont lancé un appel à la solidarité. Nul doute que cette tendance à la révolte se retrouvera dans les capitales européennes ces prochaines semaines.

Linda Sarsour,Tamika Mallory, Bob Bland, and Carmen Perez (left to right)