Fall-Winter 17/18

Que s’est-il passé ce matin lors du défilé Chanel ?

Grand Palais, 10h40. La cohue est habituelle, les invités se fraient avec difficulté un chemin vers les grandes portes, déboussolé par la valse des Mercedes et la salve des flashs d’appareil photo. Le gratin de la mode parisien piaffe, on discerne dans le brouhaha des bribes de phrases : « Anna Wintour est là », « J’adore ce sac Chanel ». Habituel donc, jusqu’à ce qu’un évènement survienne.

Une vingtaine de femmes, toutes de blanc vêtues, fendent la foule et se plantent devant le parvis. Leur visage est résolument inexpressif et fermé. Face à cette mer blanche, un silence progressif s’installe. On entend tout juste quelques cliquetis d’appareils photos. Tout à coup, les demoiselles se mettent à crier. En fait, elles hurlent et s’époumonent pendant plusieurs minutes. La foule, d’abord incrédule et stupéfaite face à ce spectacle pour le moins inattendu, se masse petit à petit pour immortaliser l’instant. Les photographes règlent leurs appareils sur la fonction rafale, les autres sortent un smartphone et filment la scène. Et puis ? Rien.

Malgré les sommations du public, de quelques instants, qui demandent, « Ça fait partie du défilé ? », « Venez faire une photo sous cet angle » « Ce sont des actrices ? ». Mais les jeunes dames blanches repartent comme elles sont venues. Féminisme, revendication politique, performance artistique ? Impossible de savoir. Mais elles ont toutefois prouvé qu’il est possible de créer la surprise dans l’évènement le plus codifié et attendu de la Fashion Week de Paris. Certains ont ri, certains sont restés de marbre, certains en ont cherché le sens. Toujours est-il que l’évènement a été relayé sur Instagram et la performance a été partagée par NNNV Agency. Mais après tout peu importe le but, si tant est-il qu’il y en ait un, ils nous ont fait réagir. La gratuité dans l’acte est rare, laissez-nous interpréter, laissez-nous rêver.