La Région Sauvage : à la conquête du point G ?
Art & Idée Cinéma

La Région Sauvage : à la conquête du point G ?

Avec son quatrième long-métrage – La Région Sauvage – Amat Escalante nous transporte dans un univers fantastique et troublant, une intrigue d’épouvante érotique, une aventure surréaliste qui met en lumière le sexe à l’état pur. 

Dans l’état de Guanajuato au Mexique, où le réalisateur Amat Escalante a passé une bonne partie de sa vie, la société est empreinte de valeurs traditionnelles et conservatrices catholiques. L’idée du film lui est venu à la lecture de deux articles d’un journal local de Guanajuato. L’un évoquait le viol d’une jeune femme, abusée par une de ses connaissances en pleine forêt, victime par la suite des regards et des insultes de la population. L’autre présentait le cliché d’un homme retrouvé mort, flottant dans un ruisseau avec en titre « Une tarlouze retrouvée noyée ». Scandaleux, choquant, Amat Escalante s’en est inspiré et a tenté de rassembler ces histoires, afin de faire un film remettant le sexe comme plaisir et besoin au coeur du processus de survie de l’Homme.

Le pitch ? « Alejandra vit avec son mari Angel et leurs deux enfants dans une petite ville du Mexique. Le couple, en pleine crise, fait la rencontre de Veronica, jeune fille sans attache, qui leur fait découvrir une cabane au milieu des bois. Là, vivent deux chercheurs et la mystérieuse créature qu’ils étudient et dont le pouvoir, source de plaisir et de destruction, est irrésistible… »

La Région Sauvage : à la conquête du point G ?
Amat Escalante

Amat Escalante, réalisateur autodidacte né en 1979 et originaire de Guanajuato, est connu pour sa réputation « d’enfant terrible du cinéma », pour son cinéma brutal et souvent controversé. Ses précédents films, lui ont parfois valu le crédit d’auteur de film à tendance torture porn. Son premier long-métrage, Sangre, déjà tourmenté par la frustration sexuelle, remporte le Prix Fipresci au Festival de Cannes en 2005, dans la catégorie Un Certain Regard. Les deux films qui le succèdent Los Bastardos et Heli ont également été sujets aux polémiques par la violence torturante qu’ils communiquent. Avec La Région Sauvage, son quatrième long-métrage, grâce auquel il a reçu le Lion d’argent du meilleur réalisateur à la Mostra de Venise en 2016, Amat Escalante confirme sa réputation.

« Ce qui se trouve dans la cabane, c’est notre côté primitif à tous ». La Créature conçue par Amat Escalante avec l’aide de Morten Jacobsen, permet aux Hommes de se lâcher, leur provoquant un abandon à la fois physique et mental. Elle leur permet de repousser les limites de leur existence, en s’abandonnant à leurs véritables désirs. Aussi bien fascinant que grotesque et destructeur, cet espèce d’alien avec des vers géants à glands en guise de tentacules, pénètrent les personnages par tous les orifices. Oui, ça fait froid dans le dos. Qu’on aime, qu’on n’aime pas, ce qui est sûr c’est que La Région Sauvage marquera vos esprits par ses images angoissantes, barbares mais surtout hallucinantes.

Sortie en salle le 19 juillet