Art & Idée Lifestyle

Pourquoi le style rétro fait son grand retour dans nos intérieurs ?

On dit que la mode est un éternel recommencement. Au vu du retour prodigieux du style rétro dans les intérieurs, le design semble ne pas déroger à cette règle. Mais que sait-on de ce style innovant apparu à la moitié du XXième siècle ? Son origine, son évolution, ses caractéristiques, et les raisons pour lesquelles il resurgit aujourd’hui du passé… ce sont des questions qui, alors que la 38ème édition du salon du design vintage a commencé, se posent légitimement.

Le milieu du XXème siècle marque une période fertile pour les écoles de pensée en matière d’art et de design. En Allemagne, la très forte influence du Bauhaus, qui va redéfinir une nouvelle philosophie pour les architectes et les designers (« La forme suit la fonction« ), ouvre la voie à des mouvements comme le minimalisme européen et le style international. Avant-gardiste, cette école d’arts appliqués ferme ses portes en 1933, après l’accession au pouvoir d’Hitler. Ses étudiants et défenseurs quittent l’Allemagne, et se dispersent jusqu’en Amérique du Nord, où les idées du Bauhaus font souche. Parallèlement, en Scandinavie, l’approche artisanale de la conception de meubles prédomine, avec un design fluide du rationalisme organique. Deux visions d’une société en pleine ébullition, qui ne cherchent pas à s’opposer mais que l’on regroupe, malgré leurs différences, sous l’appellation de mouvement moderne du milieu du siècle. A la faveur de la reconstruction d’après-guerre, on voit l’émergence d’un réel melting pot de designers s’initiant un modernisme industrialisé et répondant à la demande d’une population de consommateurs toujours plus conséquente.

Case Study House program, CSH n’20 « Bass House » – Buff, Straub et Hensman – 1958

Pourtant le mouvement rétro en soi reste compliqué à définir, il serait trop réducteur de chercher à déterminer ce qu’est, ou n’est pas, un design moderne du milieu du siècle, et bien présomptueux de chercher à le faire entrer dans une case. On le reconnait cependant au premier coup d’œil, de par son esthétique simplifié, en opposition à toutes les formes d’ornements caractéristiques aux mouvements Arts & Crafts et Art nouveau..

La palette de couleurs du rétro, que l’on perçoit comme kitsch dans la pensée courante, se veut en réalité discrète et sophistiquée. Les couleurs utilisées sont majoritairement douces, et s’allient assurément avec des teintes vives, également populaires. Ces teintes, parfaitement étudiées, dynamisent positivement le design moderne. L’on peut citer en exemple le vert sourd, qui épouse les bois naturels comme le teck et le noyer, le brun-rouge profond, convenant aux ambiances raffinée et s’adaptant aussi aux pièces avec boiseries et fauteuils en cuirs, le jaune doux, couleur de peinture typique du modernisme, utilisée dans les salles de bain et les cuisines, mais également cet orange si particulier, doux et sourd, qui connaîtra son heure de gloire dans les années 60, car plus audacieux. L’objectif de ces couleurs révolutionnaires est d’accentuer certaines zones d’une pièce, afin d’en renforcer le caractère. L’on est alors en pleine explosion de la télévision, qui influence les consommateurs par un style marqué et des objets mythiques.

Pièce phare du style rétro, le fauteuil JH-501

Chaise JH-501 en teck de Hans J. Wegner pour Johannes Hansen

Considéré comme l’un des fondateurs du design scandinave, Hans J. Wegner (1914 – 2007) est un designer et architecte danois réputé pour son travail autour du bois et pour la conception de plus de 400 fauteuils et chaises. Reconnu pour avoir apporté davantage de souplesse et d’esthétisme au courant fonctionnaliste, il devient très rapidement incontournable.

D’une conception relativement simple, le fauteuil JH-501 avec piétement en teck et un siège en cuir est sans conteste sa plus grande réussite. Le fait que les candidats à la présidence des états-unis, John F. Kennedy et Richard Nixon, aient été assis sur ces fauteuils lors du premier débat électoral télévisé en octobre 1960 y est à n’en pas douter pour quelque chose. Au delà de sa popularité, cette chaise est un réel exemple d’innovation dans la fluidité de ses courbes, mais aussi dans ses fonctionnalités ergonomiques.

Kennedy, esthète et serein, déterminé à créer un monde nouveau

Devenu culte au sein d’une société ayant accès pour la première fois à un style dessiné pour elle, le mouvement moderne a acquis ses lettres de noblesse, très certainement par l’effet spectaculaire de sa consommation. Aujourd’hui devenu le style rétro, il trouve de nouveau sa place, parmi les collectionneurs mais aussi auprès d’un large public, qui se retrouve dans ce rappel d’une société comparable à la nôtre, plongée dans une fièvre de nouveautés sans cesse renouvelées, dans un monde ou le plaisir s’allie à l’utile. C’est également l’écho d’un style de vie moins stressant, où les interdits étaient moins nombreux, et les plaisirs plus simples, comme l’atteste les lignes de meubles et objets rétro. Apparu au sortir de la seconde guerre mondiale, dans une insouciance souveraine, ce que nous affectionnons, en réalité, dans ce style, n’est-ce pas l’impression de retourner dans un temps qui nous apparaît plus doux, plus heureux, et moins inquiétant ?

Chaises Eames pour Vitra – 1950


Pour aller plus loin, n’hésitez pas à vous procurer Le style rétro à la maison, un guide pièce par pièce, indispensable pour adopter ce design chez soi. Il présente d’abord l’histoire, les différents mouvements et les grandes figures du style moderne d’après-guerre. Peu volumineux et pourtant si détaillé, il vous apporte une touche rétro à votre décoration, de l’entrée à la chambre à coucher ,sans faire de votre maison un musée. Disponible depuis début mars chez Pyramyd pour 18,90€