fbpx
Mode

Quand Harry rencontre Gucci

Des chiens, une poule et un chaton nommé Harry Style, c’est la nouvelle campagne Men’s Tailoring Automne/Hiver 18/19, par Gucci, c’est italien mais c’est anglais, bref, c’est parfait.

C’est au cœur d’un comptoir de Fish & Chips,  sous le son de Michelle ma Belle, des Beatles, au cœur d’une Angleterre surannée et rassurante que la maison Gucci introduit le compositeur-interprète Harry Style photographié par Glen Luchford. Claquettes-chaussettes ou mocassins beiges, de laine ou de velours, le stylisme au seuil d’une élégance décontractée et assumée s’associe à l’ironie et l’extravagance propres aux créations d’Alessandro Michele.

Gucci reprend ainsi des codes populaires, leur insuffle un air italien, et les expose dans une Angleterre tradi-trendy. L’image pourrait être simple, et pourtant, tout est dans la maîtrise, dans une compilation de symboles parfaitement pensés pour définir la maison Gucci : Le visage flegmatique du jeune Harry Style, son attitude de gentleman idéal, ses poses détendues, mais également les costumes très anglais rehaussés d’empiècements italianisants, ou la veste « New Marseille » illuminée de broderies, jusqu’aux chiens et à la poule, toute la mise en scène illustre cette tendance du kitsch à s’italianiser pour acquérir une certaine élégance, un agencement plus serein, à l’image du jeune artiste anglais Luke Edward Hall, épris de la griffe.

Que l’on ne s’y trompe pas, avec cette campagne, Gucci envahit l’Angleterre, en une invincible Armada italienne qui cette fois, ne coulera pas. Gageons que le pari osé d’Alessandro Michele sera remporté haut la main.