Art & Idée Musique

Cabourg Mon Amour, un festival idyllique les pieds dans l’eau

Le 28, 29 et 30 Juillet prochain se déroulera le festival Cabourg Mon Amour, en Normandie. Les pieds dans le sable, le bruit des vagues, l’air iodé, le coucher de soleil scintillant sur la côté de nacre, l’osmose entre la musique et le public… Autant dire que ce festival s’épanouit dans un cadre idyllique. Cabourg Mon Amour, c’est la possibilité d’entrer dans un cocon, un écrin de nature que la musique vient éveiller et la ville côtière égayer.
Côté programmation, le festival se veut éléctro, rock et pop. Le renouveau de la scène française est assuré par des artistes comme Paradis ou Fishback, qui se retrouvent à côtoyer des pointures de la scène internationale comme Cigarettes After Sex. En défricheurs de talents, une grande diversité de groupes régionaux sont également propulsés sur le devant de la scène.
Pour en savoir plus, le TTT est allé à la rencontre de Jean-Baptiste Devay, l’un des programmateurs du festival.


TTT : Comment a germé l’idée de créer le festival Cabourg Mon Amour ?
Jean-Baptiste : Le festival s’est créé il y a 5 ans, grâce à une petite association qui s’appelle « Premier Amour ». Elle a monté les deux premières années du festival avec des bouts de ficelle, pas mal d’amis et pleins de contacts pour amener des groupes qu’ils aimaient. L’association a ensuite rejoint « Super », une agence de musique parisienne qui a du recul sur ce genre d’évènement. L’idée, c’est de faire un festival un peu cocon où l’on peut écouter tous les groupes qu’on aime, mais à échelle humaine.

Pourquoi le nom « Cabourg Mon Amour » ? C’est une manière de célébrer une ville normande côtière emblématique ?
Il y a de ça, on voulait s’inscrire dans l’idée que Cabourg est une ville avec une histoire et des habitants. Pour le nom, il y avait un lien assez direct l’association qui l’organise et qui s’appelle « Premier Amour » ainsi que l’association « Super » dont le nom complet est « Super mon Amour ».

Le festival existe depuis 5 ans et son aura ne cesse de croître, comment expliquez-vous ce succès ?
On a toujours été chercher dans la programmation des choses excitantes et nouvelles. On a réussi à faire quelque chose qui intéresse les médias, malgré la taille humaine du festival qui accueille 2000 personnes par jour. On se donne aussi pour ambition de défricher les talents de demain.


Sur quels critères basez vous vos choix d’artistes ?

C’est un critère en premier lieu purement artistique, c’est avant tout ce que nous écoutons. On aime cette nouvelle scène, notamment française et on la soutient depuis le début du festival, avec des artistes comme Agar Agar, Fishback ou encore Jacques. Il y a aussi tout le pendant international et les petits artistes qui peuvent devenir énormes, qu’on adore et qu’on a envie de pousser. On se rend compte qu’il y a un public pour ce genre de musique ainsi qu’une nouvelle génération de festivaliers.

Comment réunir vacanciers, habitants et festivaliers, c’est grâce a la diversité de groupes avec des pointures comme Polo & Pan ainsi que des groupes inscrits sur la scène régionale ?
Pour tout le coté ville et habitants, ça fait un moment qu’on est là et on fait tout pour que le festival soit agréable pour les riverains, en essayant de leur faire découvrir notre programmation et nos activités. On fait aussi des réunions avec la ville, il y a un gros travail de sensibilisation en amont. Sinon, la renommée de la ville nous aide, il y a ce côté agréable d’aller trois jours sur une petite plage normande. On essaie d’avoir des prix corrects qui nous permettent toutefois d’amener une scène internationale.

Vous arrivez a composer avec cette spécificité qu’est la proximité avec la mer, c’est compliqué d’organiser un festival sur ce genre de terrain ?
On ne se simplifie pas la vie (rires) mais ça fait partie des risques que l’on veut prendre. Nous sommes obligés de bouger la scène cette année car le coefficient de la marée est trop important et tout notre plan d’implantation est à revoir.
Être au bord de la mer, c’est aussi être soumis à de grandes forces de vent. Il faut par exemple que les bâches s’ouvrent derrière la scène pour laisser passer le vent en cas de rafale. Mais c’est aussi ce qui rend le festival unique et qui permet d’assister à de beaux concerts les pieds dans le sable avec un coucher de soleil resplendissant.

Quelles sont les activités autour du festival ?
Cette année, on ouvre un nouveau spot en dehors du festival, une baignade musicale où l’on invite des DJ et des collectifs qui viennent mixer toute l’après-midi. Sinon tous les jeux de plages emblématiques comme le molky ou le beach volley seront présents ainsi que pleins d’activités réparties sur le site. Il y a aussi les afters au casino pour que les gens puissent profiter jusqu’au bout de la nuit.

Information et billetterie : 
http://cabourgmonamour.fr/
Pass 3 jours : 90€
Pass vendredi : 35€
Pass Samedi : 40€
Pass Dimanche : 35€